Isolant thermique : faire le bon choix pour vos combles

6 questions à se poser pour choisir son isolant thermique

  1. Qu’est-ce que je veux isoler ?

Avant de vous lancer dans les comparatifs d’isolants thermiques, sachez que tous les isolants ne répondent pas au même besoin. Par exemple, isoler les murs ne demande pas la même isolation que vos combles ou vos sols. Si vos combles sont aménageables, la technique d’isolation, et l’isolant choisi pour la réaliser, ne seront pas similaires si vous avez des combles perdus. Vous devez donc vérifier l’aptitude à l’emploi de votre isolant.

  1. Quel confort je souhaite optimiser ?

Vous avez remarqué que l’isolation de vos combles était efficace en hiver, par contre en été, rien ne va plus. L’isolant posé peut voir de bonnes performances pour éviter la perte de chaleur, mais ne plus suffire en été. Un problème qui peut arriver par un mauvais choix d’isolant thermique. Les performances d’isolation thermique sont déterminées par le type d’isolant, mais aussi par son épaisseur. Par exemple, une laine minérale de 17cm d’épaisseur vous fait bénéficier de la même isolation thermique en hiver qu’une fibre de bois de 17cm. En revanche, pour un confort idéal en été, une fibre de bois de 19cm est nécessaire, contre 82cm d’épaisseur pour une laine minérale. Le choix de l’isolant dépend ainsi du confort d’été et du confort d’hiver.

  1. Quelle est la performance de mon isolant ?

Pour déterminer la performance de votre isolant thermique pour vos combles, deux indications sont à vérifiées : la conductivité thermique et l’épaisseur de l’isolant. La conductivité thermique, appelée également lambda (λ), est la quantité de chaleur transférée dans un matériau en un temps donné. Plus cette valeur est faible, plus le matériau est isolant. Les isolants thermiques ont des λ inférieurs à 0,060 W/(m.K).

Le lambda doit être ajouté à l’épaisseur de l’isolant pour obtenir la résistance thermique (R) du matériau. Plus la résistance thermique est élevée, plus les performances d’isolation thermique sont meilleures.  Le choix de l’isolant dépend donc de son épaisseur et de son lambda.

  1. Comment s’assurer des performances de mon isolant ?

Comme tous matériaux de construction et de rénovation, les isolants thermiques pour vos combles sont soumis à des règles françaises et européennes. Pour avoir la garantie que les performances notifiées sont réelles, l’isolant doit avoir le marquage CE, et avoir la certification Acermi gage des performances thermiques, acoustiques et autres caractéristiques techniques. Vous devez donc vérifier le marquage de votre isolant avant son achat.

  1. Quel impact à mon isolant sur l’environnement ?

Dans un monde toujours plus pollué et mis en danger par nos habitudes de consommation, vous êtes nombreux a souhaité vous positionner sur un isolant dit « écologique ». Nombreux fabricants donnent des indications qui peuvent vous aider à faire votre choix ; comme le cycle de vie qui permet de connaître le processus de fabrication, puis de recyclage de l’isolant choisi. Le choix de l’isolant thermique peut ainsi dépendre de son impact sur l’environnement.

  1. Quel prix et quelles aides financières pour mon isolant thermique ?

Le budget est bien évidemment à prendre en compte pour le choix de l’isolant thermique de vos combles. Sachez qu’en réunissant plusieurs conditions, vous pouvez bénéficier d’aides financières importantes pour vous aider à réaliser l’isolation de vos combles. Le prix de l’isolant est à regarder de près, tout en gardant l’œil sur les performances. Enfin, n’oubliez pas que ces travaux engendrent des économies de facture énergétique sur le moyen et long terme. Le choix de l’isolant dépend ainsi de son prix et des aides financières associées.

Les différents isolants disponibles pour vos combles

Il existe trois catégories essentielles d’isolants :

  • Les isolants minéraux
  • Les isolants naturels
  • Les isolants synthétiques

Pour l’isolation des combles, l’isolant peut être utilisé sous toutes ces formes, en fonction de la configuration de vos combles, et s’ils sont perdus ou aménageables. Par exemple, un isolant en vrac est soufflé dans vos combles pour remplir l’espace vide par l’isolant. Ce format est donc utilisé uniquement pour une isolation des combles perdus. En revanche, un isolant présenté sous la forme d’un rouleau ou d’un panneau peut à la fois être indiqué pour l’isolation de vos combles perdus ou de vos combles aménageables.

Cette précision donnée, nous pouvons maintenant détailler les différentes catégories de matériaux d’isolation thermique de vos combles.

Les isolants minéraux

Les isolants minéraux regroupent : les laines minérales avec la laine de verre, la laine de roche et la laine laitier, les panneaux en verre cellulaire ou en silicate de calcium, les isolants minéraux en vrac comme la perlite, la vermiculite ou l’argile expansée.

Zoom sur les laines minérales

Elles représentent la majorité des installations pour l’isolation de vos combles. Les laines minérales présentent de bonnes résistances thermiques, plus particulièrement la laine de verre qui répond aux normes demandées par la RT2012 avec une résistance thermique supérieure à 6 pour l’isolation des combles aménagés.

  • Les laines minérales sont des isolants incombustibles par nature, elles ne propagent ni flamme, ni fumée. Elles ne deviennent pas toxiques en cas d’incendie.
  • Les laines minérales sont des isolants hydrophobes. Elles repoussent l’eau. Elles sont donc moins vulnérables aux intempéries.

Les laines minérales résistent également très bien aux insectes, et plus particulièrement aux termites.

Les isolants naturels

Les isolants naturels regroupent les isolants végétaux et les isolants en laine animale.

On compte parmi les isolants végétaux :

  • La ouate de cellulose : point fort, c’est un isolant dit écologique car il est issu de papier recyclé, et se recycle très bien à son tour. La ouate de cellulose est très efficace dans sa résistance thermique, et aussi sur le plan phonique. Cet isolant dissipe les ondes sonores, il agit aussi bien sur les bruits extérieurs qu’intérieurs.
  • La laine de lin : point fort, cet isolant régule la température des pièces, puisque la laine de lin est capable d’absorber et de restituer l’humidité. Point faible, en isolation verticale, cet isolant pour combles risque de subir un tassement et donc perdre ses performances d’isolation thermique et phonique.
  • La fibre de bois : point fort, c’est un excellent isolant thermique, mais aussi phonique. La fibre de bois absorbe les sons, peu importe leur fréquence. Point faible, cet isolant doit être protégé du feu par des matériaux comme le plâtre, non inflammable.
  • La laine de chanvre : point fort, le chanvre est naturellement imputrescible et antifongique, il n’a aucune nocivité chimique, il est un isolant naturel dit écologique. Notons néanmoins que pour garantir sa stabilité et pour le traiter contre le feu, on doit lui apporter des traitements supplémentaires. Point faible, cet isolant n’est pas remarquable pour l’isolation phonique. On lui préfère la ouate de cellulose ou la fibre de bois.

D’autres isolants naturels moins utilisés existent comme la laine de coton, la fibre de coco, la paille, le liège et les panneaux de roseaux.

On compte parmi les isolants en laine animale :

  • La laine de mouton : la laine de mouton est traitée en plusieurs étapes après la tonte de l’animal. On lui applique du sel de bore pour la protéger contre les flammes, les insectes et les moisissures. Elle bénéficie également d’un traitement contre les mites, friands de la kératine contenue dans la laine de mouton. Cet isolant est utilisé exclusivement pour la toiture et les combles perdus. Elle ne convient pas aux espaces humides. C’est un isolant écologique et naturel.
  • La plume de canard : l’isolant en plume de canard contient également 10% de laine de mouton et 20% de fibres synthétiques, nécessaires pour rendre l’ensemble suffisamment dense et consistant. Inflammable, cet isolant est toujours recouvert d’un parement, et jamais placé près d’un lieu associé à une sources de chaleur trop forte. On peut l’utiliser pour l’isolation des combles perdus.

Les isolants synthétiques

Les isolants synthétiques regroupent : les isolants en polystyrène, les isolants en polyuréthane et la mousse phénolique.

  • On compte parmi les isolants en polystyrène : le polystyrène expansé ou PSE et le polystyrène extrudé ou XPS. Le premier permet une isolation de la toiture seulement si elle est régulière, car l’isolant est disponible uniquement sous forme de plaque. Le polystyrène expansé doit être traité pour résister au feu.
  • Le polystyrène extrudé résiste aux lourdes charges et peutêtre utilisé pour l’isolation des toitures terrasses et des sols. On notera néanmoins de mauvaises performances d’isolation phonique.

On compte parmi les isolants thermiques en polyuréthane : le polyuréthane ou PUR et la mousse polyuréthane. Ces deux isolants ne sont pas indiqués pour l’isolation thermique de vos combles perdus ou vos combles aménageables.

Enfin, la mousse phénolique est un isolant peu connu et récemment employé. Léger et performant, elle est utilisée pour l’isolation de la toiture, des murs et du sol, mais pas pour des combles aménagés ou combles perdus. Elle offre un bon rapport épaisseur et performance thermique, mais son incidence sur l’environnement n’a pas encore été étudiée en profondeur. La mousse phénolique est constituée d’une résine de phénol formaldéhyde.

Confiez le choix de votre isolant pour vos combles à un professionnel

Les enjeux sont trop importants pour laisser ce choix au hasard ou à simple comparatif. Un professionnel KparK prend en compte plusieurs indications avant de faire son choix, et peut vous conseiller sur l’isolant le plus adapté à votre projet, à vos besoins et à votre budget.